Lettre aux Confrères

Cette lettre s’adresse à nos confrères qui, indépendants, souhaitent exercer une médecine de qualité.

 

 

Les années 60

 

La convention que nos anciens ont eu le tort de signer nous garantissait une revalorisation régulière des actes conventionnés, une participation des caisses au financement de l’assurance sociale maladie et  de retraite (ASV).

 

 

Maintenant

 

Force  est de constater qu’au fil des années, ces engagements n’ont pas été tenus, alors que l’augmentation constante de nos charges sociales (allocations familiales, CSG-CRDS,  ASM),  réduisait drastiquement nos revenus.

Et maintenant la loi Touraine augmente notre désarroi, du fait qu’elle empoisonne la relation médecin-malade : perte du secret médical,  tiers payant généralisé etc Au fil des conventions successives, nous avons progressivement perdu les 5 termes qui définissent la médecine libérale :

 

Liberté d’installation

Liberté de choix du patient par le médecin, du médecin par le patient

Liberté de prescription

Respect du secret professionnel

Payement direct des honoraires

 

Nous demeurons prisonniers de cette convention qui n’a pas été respectée par l’application du dispositif dit «  tarif d’autorité ». Ce tarif d’autorité permet à l’assurance maladie de contraindre les citoyens, pris en otage, à cotiser sans les rembourser valablement s’ils consultent un non-conventionné.

 

Mais à l’heure actuelle, avec l’ « incarcération »  de notre pratique, la perte de tous les « avantages » de la convention et  l’absence de réévaluation des actes, que vaut encore cette convention ? Comment retrouver des conditions d’exercice dignes pour vos patients et vous ?

 

Une seule solution s’offre à vous : la sortie de convention.

 

Solution simple, légale, mais qui se prépare car malgré le faible remboursement de la sécurité sociale, la patientèle se voit amputée de 70% du remboursement auquel elle a droit.

 

Si vous souhaitez conserver votre liberté d’exercice alors que la démographie de notre profession nous est actuellement favorable, pensez à la sortie de convention.

     Le Syndicat des Chirurgiens-Dentistes de Paris a donc proposé aux autres syndicats libéraux de nous rejoindre afin de rassembler autour d’une liste tous les acteurs de ces syndicats libéraux, mais aussi des praticiens venus d’autres sphères professionnelles pouvant apporter leur contribution à la gestion de notre vie professionnelle au sein du Conseil Départemental de l’Ordre des Chirurgiens-Dentistes.  

Ainsi donc, outre certains membres sortants du Conseil de l’Ordre capables de nous apporter leur expérience ordinale, nous avons invité à nous rejoindre des confrères issus du milieu universitaire, car l’Université est le creuset de nos jeunes futurs confrères.

 

     Notre monde change.  Pour mieux nous faire entendre et faire valoir nos revendications, participons à la vie du Conseil de l’Ordre en votant pour cette liste que nous vous proposons.  

 

     C’est parce que le SCDP a toujours eu la vocation d’aider les confrères et de protéger l’esprit libéral de notre exercice en AGISSANT LOCALEMENT, qu’il conserve la confiance de ses membres et sympathisants.

 

 

                      Gilles Gavalda          Président de l'UNAM  (Union Nationale pour l'Avenir de la Médecine

                Jean-Louis Portugal   Président du SCDP 

                                                                                                 

Lisez L'appel de J. A. Cacault aux médecins

 

   Septembre 2015