L’issue des négociations conventionnelle est proche

     Tout d’abord, les évolutions tarifaires : en 2020, puis en 2021, la dentisterie restauratrice est augmentée, l’endodontie et les scellements de sillons en 2021, ainsi que les couronnes, les extractions en 2022 ; Les inlays-core sont en revanche dévalués en 2021. Ceci en échange de l'option "sans reste à charge" et des plafonds sur des actes non opposables.

 

     Rien ne prouve que les gains de ces rééquilibrages compensent les pertes.

 

     Les 3 paniers d’actes :

-  Un panier « reste à charge zéro », avec plafonds tarifaires

-  Un panier à tarifs maîtrisés, avec plafonds tarifaires

-  Un panier à tarifs libres

 

     En ce qui concerne le « reste à charge zéro », qui gagnera le bras de fer, les pouvoirs public qui refusent une augmentation de cotisation des complémentaire, ou ces dernières qui, tenues par des impératifs budgétaires, ne pourront pas augmenter les prestations sans ressources nouvelles ? Les choses financières  étant ce qu’elles sont, prenons des paris sur le vainqueur !

    Nous savons déjà qui sont les perdants.

    En tout état de cause, nous devrons proposer à nos patients une solution entièrement couverte par la complémentaires et éventuellement une solution avec dépassement.

 

     Par ailleurs, La Sécurité Sociale se plaint du manque de suivi les patients CMU, (qui ne payent pas), et qui sont trop nombreux, à son gré, à faire refaire par négligence des soins qui auraient dû être pérennes. Les patients ZRA0*, qui croient ne rien payer, seront-ils plus sérieux ?

     Les honoraires du RAC0 sont fixés dès la première année (2019.), et les plafonds « à tarif maîtrisé » s’aligneront dessus.

 

     Le libre choix thérapeutique est entamé à plusieurs endroits notamment en ce qui concerne les couronnes : la localisation de la couronne (dent antérieure, prémolaire ou molaire) et le matériau (métal, full zircone, CCM, CCC…).

     Bien que de beaux tableaux de localisation, matériaux et honoraires  aient été publiés à ce sujet, nous n’en saurons concrètement davantage qu’après signature puisque : « Un groupe de travail sera mis en place dans le mois suivant la signature de la convention afin de déterminer ce qui pourrait caractériser des exigences esthétiques particulières de patients nécessitant une charge de travail et un coût supplémentaires pour le chirurgien-dentiste. Ce groupe associera des experts désignés conjointement représentant à la fois la profession des chirurgiens-dentistes et des prothésistes. »

 

     Le devis conventionnel sera modifié : il nous faudra proposer une option RAC0. Il semble que nous y soyons contraints dès 2019.

 

     Des mesures ponctuelles devraient permettre de prendre en charge certains cas ignorés jusqu’à présent (coiffage pulpaire, patients diabètiques, patients sous anti-coagualants, patients handicapés…) Toutes ces mesures seront prise, sous réserve d’une évaluation par l’UNCAM, autrement dit, comme le faisait remarquer Pierre DAC « Rien n’est plus sûr que l’incertain. »

 

 

     Les plafonds nous mécontentent par avance ; remarquons cependant qu’ils n’entrent pas en application avant 2021 et jamais pour le panier à honoraires libres. Enfin oui, je sais qu’il ne faut jamais dire jamais.

 

    Enfin, parmi les points à retenir, il y a la clause qui fâche, la clause de revoyure. Je n’entre pas dans les arcanes de ce dispositif compliqué, il nous suffit de savoir que nous nous ferons avoir.

 

Avril 2018

*RAC0 :Reste-à-charge-zéro.

 

      Et voilà, la dernière rencontre conventionnelle a eu lieu le 25 mai. Reste à attendre les signatures, ou les refus de signature. La menace de réactivation du règlement arbitral pèse sur la décision de signer.

      Et après la signature, des commissions seront désignées : une pour déterminer les zones sur et sous dotées, avec aides à l'installation et conventionnement sélectif à la clef, une autre pour déterminer les prix de revient prothétiques, qui aura la possibilité, mentionnée dans le projet de convention, de revenir sur le montant des honoraires.

       Autant dire qu'après signature, les jeux ne seront pas faits !