Reconfinés

      Le nombre grandissant de contaminations aux covid fait craindre que les hôpitaux arrivent à saturation.

 

     Il faut calmer le jeu, le couvre feu n’a pas suffit, nous voilà reconfinés.

 

     Le Président Fournier nous a adressé un communiqué par mail : ce confinement n’interrompt pas notre devoir d’officier de santé, nous devons et pouvons maintenir notre activité en cabinet.

 

  • Nous travaillions déjà dans une ambiance sécurisée.

  • Que nous avons renforcée compte tenu des caractéristiques du covid19.

  • La pénurie de protections est un mauvais souvenir du passé.

 

     Un décret paru hier définit ce confinement.

 

     Conformément à la jurisprudence qui fait des cabinets médicaux des lieux privés, les articles 27 et 28 ne nous définissent pas comme lieux recevant du public, A ce titre, nous devons limiter le nombre des personnes accompagnant nos patients.

D’une façon générale, nous devons maintenir les dispositions que nous avons adoptées lors de la reprise de notre activité en mai.

 

     L’État compte privilégier le télétravail. Des sanctions seraient prévues. Notre spécialité est avant tout interventionnelle, autant dire que le télétravail est rarement possible pour nous, mais nous pouvons éviter des déplacement inutiles à nos patients en procédant à des consultations à distance.

     Le FAQ d’améli.fr qui n’a pas encore été mis à jour (au 30/10/20), indique que la prise en charge de téléconsultation par téléphone semble encore désactivée. Cela ne nous lie pas, nous pouvons téléconsulter, au moins pour faire un prédiagnostic.

 

     Dans le même esprit, nous pouvons aussi faire effectuer en télétravail du secrétariat, et de comptabilité. 

Déplacements 

 

    Par ailleurs, nos patients doivent se munir d’une attestation pour se rendre au rendez-vous de soins. S’ils viennent de loin, il peut être prudent de leur donner une convocation.

 

    Nos assistantes et nous même devons justifier nos déplacements, notre carte professionnelle nous suffit en principe (mais pas toujours), l’attestation de déplacement professionnel que nous établissons pour notre personnel aussi. Mais attention : si ces justificatifs nous permettent d’aller travailler, ils ne nous permettent pas de faire des achats sur le trajet, il nous faut une attestation.

 

     Aides, subventions, dégrèvement, reports de créances, etc. … à l’occasion du covid

Nous attendons la parution des lois et décrets.

 

   Concernant la subvention de la CPAM crée en  ce printemps, nous rappelons que son montant est basé sur le chiffre d’affaires, et qu’une sous-estimation de celui-ci lors de la demande entraînera un montant versé susceptible de reprise d’indus.

 

 

Le bureau du SCDP

30 octobre 2020

Post scriptum : se confinement a muté en couvre-feu le 15 décembre.